La déportation des Basques sous la terreur Agrandir

La déportation des Basques sous la terreur

16,00 €

Ajouter au panier

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation sur ce livre, soyez le premier.
Note / écrire un commentaire

cairn9782350683553

9782350683553

Format 15 x 21
Type de brochure broché

La déportation des Basques sous la Terreur, Alexandre de la Cerda, populicide, histoire

Résumé du livre : La déportation des Basques sous la terreur

Le «populicide» des Basques sous la Révolution
Beaucoup d’écrits et des monuments rappellent le «populicide» – terme utilisé par le révolutionnaire Gracchus Babeuf dans son pamphlet «Du système de dépopulation…» – de l’Ouest de la France, de la Vendée au Pays Nantais, et au-delà. Mais bien peu d’ouvrages ont été consacrés à la déportation des Basques du Labourd et des confins bas-navarrais en ce tragique mois de février 1794. Des archives disparues dans des incendies ou des traces effacées intentionnellement n’ont laissé subsister que des mémoires conservées dans certaines familles et des inscriptions recueillies au XIXe siècle par quelques chercheurs courageux sur les tombes dans les cimetières encore intacts jalonnant le chemin de croix des déportés. Par un froid intense, leur long cortège s’étira jusque des contrées éloignées – au Cantal et en Lauraguais –  accompagné de charrettes où l’on avait jeté pêle-mêle ceux qui ne pouvaient marcher par eux-mêmes : vieillards, femmes en train d’accoucher, enfants en bas-âge et grabataires. Soumis à des travaux forcés, publics ou chez les particuliers, les rares survivants ne furent autorisés à rentrer au Pays Basque que huit mois plus tard, pour trouver leurs maisons dévastées, pillées et brûlées, la terre en friche ou les récoltes volées, les bourgs vidés de leur population. La ruine était totale. Elle provoqua un appauvrissement dans le pays, cause d’émigration de générations de jeunes basques, une décadence de l’esprit civique et, partant, une atonie dans la vie politique au XIXe siècle.